Punta Arenas ou le bout du monde

Ici c’est le pays des pingouins et nous sommes tout de suite plongés dans l’ambiance polaire. Arrivés à 4h du matin, la navette de l’aéroport nous dépose devant une auberge. Fermée ! Commence alors une marche interminable dans le froid polaire de Punta Arenas à la recherche d’un abris au chaud. Nous poussons la porte d’Eduardo avec les bouts de bois qui nous servent de doigts. Après 5h d’attente dans son petit salon, une chambre se libère et nous entamons une courte sieste de 4h.

Dans l’après-midi nous allons faire la connaissance des locaux de la région : Henri le pingouin et Christianne l’autruche.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Le soir nous fêtons l’anniversaire de Tom en compagnie des gérants de l’auberge. Tom a le droit de décider de son repas et en choisi un très gastronomique : poulet, riz et crème fraîche sont au menu ! L’aubergiste Eduardo – ancien barman – lui prépare même un petit pisco sour. Pour son gâteau d’anniversaire, Paul et moi ayant été dans l’incapacité de trouver une bougie avec le chiffre « 2 » dans toute la ville, nous célébrons donc les 4 ans de Thomas au bout du monde ! Nous finissons la soirée dans une discothèque locale où nous sommes les 3 seuls touristes.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Le lendemain, petit footing pour Thomas et Paul sur les bords du détroit de Magellan pendant que je profite de mon lit King size.

Réveil à 7h et départ quelque peu précipité vers Puerto Natales … Arrivé à l’auberge, Thomas se rend compte qu’il a oublié ses lunettes de ski offertes par grand-mère il y a 8 ans, le drame ! Mise en place du plan sauvetage des lunettes : 5 coups de fil, plusieurs jours de stress et un couple de colombien sur nos traces.

Advertisements

Santiago : le retour

Nous retrouvons nos amis belges en plein milieu de la route 5 : direction Santiago en 4X4. Arrivés sous des torrents de pluie, nous nous installons pour 2 jours dans leur chalet sur les hauteurs de Santiago. Le projet World EDHEC Tour continue avec une présentation au lycée français Saint Exupéry de Santiago. Rencontre pendant 2h avec la conseillère d’orientation, qui apprécie beaucoup notre projet. Barbecue et pisco sour home-made clôturent la journée.

SONY DSC

SONY DSC

Le lendemain, nous nous baladons dans Santiago tous ensemble et finissons la journée dans un restaurant de sushis pour fêter l’anniversaire de Tom (24 ans !). Très gentiment, Isa et Jo nous conduisent à l’aéroport. Un dernier câlin à Zala – l’adorable chiot de nos amis belges nouvellement adopté – et nous nous envolons pour les terres australes de Patagonie.
Un grand merci à Jo & Isa pour leur générosité durant ce séjour.

SONY DSC

SONY DSC

Cuzco, suite et fin

Nous décidons de rester trois jours à Cusco pour se reposer et profiter du centre ville décrété Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Nous retrouvons les deux suédoises de notre trek ainsi qu’Adrian (ndlr : notre irlandais du trek au Salar de Uyuni). Nous testons le buffet à volonté indien (une erreur digestive) et allons essayer quelques bonnes adresses nocturnes jusqu’au petit matin.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Le lendemain, nous visitons les Salineras, magnifiques terrasses de sel au milieu de la vallée. Pour nous y rendre, nous prenons un taxi conduit par Lorenzo et lui permettons une belle augmentation de son chiffre d’affaire de la journée : pour preuve, durant le trajet, il recharge son téléphone, s’achète à boire, remet de l’essence dans sa voiture, planifie ses prochaines vacances….
Comble du trajet, il retire sa borne de taxi qui risquait de s’envoler avec la vitesse et retrouve sa femme en plein milieu du désert !

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Après 17 magnifiques jours au Pérou, nous redescendons sur Santiago pour retrouver notre couple belge de Punta Choros. 40h de bus nous attendent mais également une maison avec piscine qui surplombe la capitale chilienne.

Le chemin des Incas : 4 jours de treks à la découverte du Machu Picchu

Jour 1 : Mise en jambe
Après 3h de bus, nous arrivons au Km 82 où débute notre trek. Rencontre avec les guides, Pépé, Mario et Lino. Premier repas préparé par les 14 cuisiniers/porteurs. Première prise de contact avec notre équipe de 20 randonneurs : une norvégienne de 65 ans, deux suédoises, deux français en « voyage d’affaire », deux portugais vivant au Brésil….
Pour le premier jour, le programme est léger, seulement 3 heures de marche et quelques découvertes de ruines incas avant d’arriver à notre premier camp de base. Longue nuit de repos obligatoire sous la tente avant la grosse étape de montagne du lendemain et l’ascension d’un col hors catégorie.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Jour 2 : Le jour le plus éprouvant
Nous nous attaquons à l’ascension d’un col à 4200 m d’altitude, soit 1000 m de dénivelé depuis notre camp de base. Ce chemin construit par les incas il y a plus de 500 ans et découvert seulement en 1945 est essentiellement construit de hautes marches en pierre. Il avait été détruit par les Incas au moment de la conquête espagnole afin de préserver leurs cités sacrées.
Efforts intenses, taux d’humidité élevé, transpiration abondante, manque d’oxygène, l’ascension n’est pas des plus faciles : il nous faudra plus de 5 heures pour atteindre le second camp de base et un déjeuner bien mérité.
Au programme de l’après-midi, sieste pour Camille et douche dans les cascades d’eau à 5 degrés pour Thomas et moi (ndlr : même le rhume que Thomas traîne depuis 4 jours ne nous fait pas regretter notre escapade givrée).
Nous terminons la journée par quelques jeux et reprenons des forces pour le lendemain.

SONY DSC

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Jour 3 : Le jour le plus long
Réveil à 5h30 après une nuit entière sous la pluie et départ pour plus de 16 km de randonnée à travers la jungle. Découverte d’une flore impressionnante, descente de 3000 marches incas et arrivée dans un camp de base un peu moins rustique. Douches chaudes et bières sont au rendez-vous.
Une petite cérémonie finale nous permet de faire connaissance avec les porteurs. Ce sont majoritairement des paysans qui viennent gagner quelques soles de plus. Voilà plus de 3 jours qu’ils portent plus de 30 kilos sur le dos : tentes ; chaises, tables et nourriture. Pas besoin des explications de notre guide Pépé, ancien porteur, pour imaginer la difficulté de ce travail. Un grand merci à eux pour leur sourire et leur gentillesse.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Jour 4 : Le jour le plus inoubliable
Nous nous levons à 3h30 pour monter les dernières marches qui mènent à Puerta del Sol, lieu qui surplombe le Machu Picchu, et y admirer le lever du soleil. Malheureusement, le brouillard est une nouvelle fois au rendez-vous (cf Huyana Potosi) et après deux heures d’attente, nous renonçons à l’apercevoir. Nous reprenons alors notre descente vers la cité sacrée. Arrivés sur les lieux, le temps se dégage peu à peu et nous pouvons enfin distinguer cette merveille. Nous entamons une visite guidée du site pendant quelques heures. Resté à l’abandon pendant plus de trois siècles, le Machu Picchu n’a été découvert qu’en 1911 par l’explorateur américain Hiram Bingham. En effet, lors de la colonisation, les Incas avaient caché tous les chemins qui menaient au Machu Picchu pour éviter que les Espagnols ne détruisent la cité. Les Incas (on en parle beaucoup mais ils n’ont régné que 100 ans : 1438-1532) ne communicant que par oral, il est aujourd’hui très difficile de comprendre la véritable histoire du Machu Picchu. Les historiens supposent que 1000 personnes y vivaient, principalement des femmes. Capitale religieuse résidence d’un empereur pour les uns ou lieu de culte consacré aux astres, le mystère est encore présent.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Pour clôturer ces 4 jours inoubliables, nous entamons une dernière ascension, celle de Waynapicchu (« montagne jeune » en quechua, contrairement à Machu Picchu qui signifie « montagne ancienne »). Cette montagne domine l’une des 7 merveilles du monde contemporaines et nous offre un magnifique point de vue qui nous console de notre échec à Puerta del Sol.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Nous rentrons le soir-même à Cusco, émerveillés par ces 4 jours d’aventure. Ce trek restera sûrement l’un de nos meilleurs souvenirs en Amérique Latine. Autrement dit, si vous comptez vous rendre un jour au Pérou, le passage par l’Inca trail est obligatoire et unique (limité à 200 touristes par jour, il faut le réserver plusieurs mois à l’avance).

Lima, ou comment visiter une capitale en 24H

Nous nous lançons dans un aller-retour express vers la capitale péruvienne pour notre première interview d’une diplômée Edhec. Nous retrouvons donc Elodie, promo EDHEC 2007, en poste au service économique de l’ambassade de France au Pérou. Un grand merci pour cet échange très enrichissant et bénéfique pour nous et notre projet. Nous restons dans l’ambiance Edhec et passons la soirée avec trois amies en échange à Lima. Les filles, merci pour votre accueil !
Le lendemain, nous nous baladons dans le quartier Miraflores de Lima en compagnie de deux parapentistes français rencontrés le matin même dans l’auberge. Nous partageons avec eux un Ceviche dans l’un des meilleurs restaurants de la ville. Ce plat typique du Pérou se composent de poissons crus marinés dans du citron et des oignons : c’est un délice ! Nous nous dirigeons vers les falaises de Lima, prêts à faire notre baptême de l’air de parapente (ndlr : Oui, Thomas on sait que tu as une vingtaine de vols à ton actif !). Quelle déception en voyant le drapeau rouge sur le décollage des falaises : le vent ne souffle pas assez fort, ce sera pour une autre fois.
Après un aller-retour express dans le centre historique de la ville, nous repartons vers le Sud, un peu frustrés de ne pouvoir rester plus longtemps, mais la capitale des Incas nous attend.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC