Bilan de l’Amérique Latine

Après 3 mois et demi de voyage, 6 pays, plus de 10 000 km parcourus – par avion, bus, taxi, train, bateau, marche, hélicoptère, canoë, vélo-, 200 mails échangés avec l’Edhec, 100 empanadas, 90 sandwichs jambon beurre, 80L de coca cola, fait et défait 50 fois notre sac à dos, 45 auberges de jeunesse, rencontré 30 nationalités différentes, 20 nuits à plus de 4000m, 18 douches glacées et à peu près autant de journées sans en prendre, 12 bouteilles de Pisco, 10 skypes avec nos parents, 9 disputes, 7 interviews de diplômés, 5 lessives, 4 lycées français et 1 bain sous les cascades, nous quittons l’Amérique Latine.

Nous retiendrons en particulier trois moments du voyage : le trek sur le chemin des Incas menant au Macchu Picchu, les paysages et couleurs de Patagonie et la merveille naturelle des chutes d’Iguazu.
Nous laissons l’Amérique Latine derrière nous, le cœur un peu lourd, mais déjà tourné vers nos futures aventures. Nous n’avons fait qu’un tiers du voyage.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Advertisements

Cuzco, suite et fin

Nous décidons de rester trois jours à Cusco pour se reposer et profiter du centre ville décrété Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Nous retrouvons les deux suédoises de notre trek ainsi qu’Adrian (ndlr : notre irlandais du trek au Salar de Uyuni). Nous testons le buffet à volonté indien (une erreur digestive) et allons essayer quelques bonnes adresses nocturnes jusqu’au petit matin.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Le lendemain, nous visitons les Salineras, magnifiques terrasses de sel au milieu de la vallée. Pour nous y rendre, nous prenons un taxi conduit par Lorenzo et lui permettons une belle augmentation de son chiffre d’affaire de la journée : pour preuve, durant le trajet, il recharge son téléphone, s’achète à boire, remet de l’essence dans sa voiture, planifie ses prochaines vacances….
Comble du trajet, il retire sa borne de taxi qui risquait de s’envoler avec la vitesse et retrouve sa femme en plein milieu du désert !

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Après 17 magnifiques jours au Pérou, nous redescendons sur Santiago pour retrouver notre couple belge de Punta Choros. 40h de bus nous attendent mais également une maison avec piscine qui surplombe la capitale chilienne.

Le chemin des Incas : 4 jours de treks à la découverte du Machu Picchu

Jour 1 : Mise en jambe
Après 3h de bus, nous arrivons au Km 82 où débute notre trek. Rencontre avec les guides, Pépé, Mario et Lino. Premier repas préparé par les 14 cuisiniers/porteurs. Première prise de contact avec notre équipe de 20 randonneurs : une norvégienne de 65 ans, deux suédoises, deux français en « voyage d’affaire », deux portugais vivant au Brésil….
Pour le premier jour, le programme est léger, seulement 3 heures de marche et quelques découvertes de ruines incas avant d’arriver à notre premier camp de base. Longue nuit de repos obligatoire sous la tente avant la grosse étape de montagne du lendemain et l’ascension d’un col hors catégorie.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Jour 2 : Le jour le plus éprouvant
Nous nous attaquons à l’ascension d’un col à 4200 m d’altitude, soit 1000 m de dénivelé depuis notre camp de base. Ce chemin construit par les incas il y a plus de 500 ans et découvert seulement en 1945 est essentiellement construit de hautes marches en pierre. Il avait été détruit par les Incas au moment de la conquête espagnole afin de préserver leurs cités sacrées.
Efforts intenses, taux d’humidité élevé, transpiration abondante, manque d’oxygène, l’ascension n’est pas des plus faciles : il nous faudra plus de 5 heures pour atteindre le second camp de base et un déjeuner bien mérité.
Au programme de l’après-midi, sieste pour Camille et douche dans les cascades d’eau à 5 degrés pour Thomas et moi (ndlr : même le rhume que Thomas traîne depuis 4 jours ne nous fait pas regretter notre escapade givrée).
Nous terminons la journée par quelques jeux et reprenons des forces pour le lendemain.

SONY DSC

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Jour 3 : Le jour le plus long
Réveil à 5h30 après une nuit entière sous la pluie et départ pour plus de 16 km de randonnée à travers la jungle. Découverte d’une flore impressionnante, descente de 3000 marches incas et arrivée dans un camp de base un peu moins rustique. Douches chaudes et bières sont au rendez-vous.
Une petite cérémonie finale nous permet de faire connaissance avec les porteurs. Ce sont majoritairement des paysans qui viennent gagner quelques soles de plus. Voilà plus de 3 jours qu’ils portent plus de 30 kilos sur le dos : tentes ; chaises, tables et nourriture. Pas besoin des explications de notre guide Pépé, ancien porteur, pour imaginer la difficulté de ce travail. Un grand merci à eux pour leur sourire et leur gentillesse.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Jour 4 : Le jour le plus inoubliable
Nous nous levons à 3h30 pour monter les dernières marches qui mènent à Puerta del Sol, lieu qui surplombe le Machu Picchu, et y admirer le lever du soleil. Malheureusement, le brouillard est une nouvelle fois au rendez-vous (cf Huyana Potosi) et après deux heures d’attente, nous renonçons à l’apercevoir. Nous reprenons alors notre descente vers la cité sacrée. Arrivés sur les lieux, le temps se dégage peu à peu et nous pouvons enfin distinguer cette merveille. Nous entamons une visite guidée du site pendant quelques heures. Resté à l’abandon pendant plus de trois siècles, le Machu Picchu n’a été découvert qu’en 1911 par l’explorateur américain Hiram Bingham. En effet, lors de la colonisation, les Incas avaient caché tous les chemins qui menaient au Machu Picchu pour éviter que les Espagnols ne détruisent la cité. Les Incas (on en parle beaucoup mais ils n’ont régné que 100 ans : 1438-1532) ne communicant que par oral, il est aujourd’hui très difficile de comprendre la véritable histoire du Machu Picchu. Les historiens supposent que 1000 personnes y vivaient, principalement des femmes. Capitale religieuse résidence d’un empereur pour les uns ou lieu de culte consacré aux astres, le mystère est encore présent.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Pour clôturer ces 4 jours inoubliables, nous entamons une dernière ascension, celle de Waynapicchu (« montagne jeune » en quechua, contrairement à Machu Picchu qui signifie « montagne ancienne »). Cette montagne domine l’une des 7 merveilles du monde contemporaines et nous offre un magnifique point de vue qui nous console de notre échec à Puerta del Sol.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Nous rentrons le soir-même à Cusco, émerveillés par ces 4 jours d’aventure. Ce trek restera sûrement l’un de nos meilleurs souvenirs en Amérique Latine. Autrement dit, si vous comptez vous rendre un jour au Pérou, le passage par l’Inca trail est obligatoire et unique (limité à 200 touristes par jour, il faut le réserver plusieurs mois à l’avance).

Lima, ou comment visiter une capitale en 24H

Nous nous lançons dans un aller-retour express vers la capitale péruvienne pour notre première interview d’une diplômée Edhec. Nous retrouvons donc Elodie, promo EDHEC 2007, en poste au service économique de l’ambassade de France au Pérou. Un grand merci pour cet échange très enrichissant et bénéfique pour nous et notre projet. Nous restons dans l’ambiance Edhec et passons la soirée avec trois amies en échange à Lima. Les filles, merci pour votre accueil !
Le lendemain, nous nous baladons dans le quartier Miraflores de Lima en compagnie de deux parapentistes français rencontrés le matin même dans l’auberge. Nous partageons avec eux un Ceviche dans l’un des meilleurs restaurants de la ville. Ce plat typique du Pérou se composent de poissons crus marinés dans du citron et des oignons : c’est un délice ! Nous nous dirigeons vers les falaises de Lima, prêts à faire notre baptême de l’air de parapente (ndlr : Oui, Thomas on sait que tu as une vingtaine de vols à ton actif !). Quelle déception en voyant le drapeau rouge sur le décollage des falaises : le vent ne souffle pas assez fort, ce sera pour une autre fois.
Après un aller-retour express dans le centre historique de la ville, nous repartons vers le Sud, un peu frustrés de ne pouvoir rester plus longtemps, mais la capitale des Incas nous attend.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Arequipa : enfin un supermarché !

Quel plaisir de retrouver un supermarché : nous n’avions pas vu autant de nourriture dans un même endroit depuis trois semaines. Après un bon bol de 500g de chocapic, nous retrouvons Mathias, notre Robinson Crusoé autrichien, et dégustons les meilleures crêpes du Pérou à l’Alliance française. Trop fatigués pour sortir le samedi soir, nous décidons de tenter le dimanche soir péruvien, c’est un total succès : 6 personnes dans la boîte (dont nous quatre et un serveur), un pisco sour façon pec citron et un irlandais amoureux de Camille.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Le lendemain, Thomas nous déniche une petite adresse pour le déjeuner. Pour 3 soles (0,70 €), nous avons entré, plat et boisson. A nouveau un total succès : pour épargner notre palais, nous ne touchons pas à la soupe et pour sauver notre estomac, nous ne trempons pas nos lèvres dans la boisson ! Lancés dans un débat houleux – à savoir qui est le moins résistant entre Paul et Thomas – (ndlr : à l’heure où nous écrivons ce blog, Paul vient d’arrêter le bus entre pleine nuit pour des histoires de transit), seule l’extinction de la lumière du restaurant nous fait partir.

Pour la première fois de sa vie, nous emmenons Thomas faire du rafting. 1h30 de descente à pagayer dans les courants. « Forward », « Backward », nous tentons de manœuvrer le bateau tant bien que mal. De très bonnes sensations, quel plaisir !

SONY DSC

SAM_0673

SONY DSC

SAM_0676

Après une matinée sportive, l’après-midi sera culturel : direction le musée Sanctuarios où est conservée « Juanita », la princesse des glaces. Cette jeune fille de 14 ans, restée 530 ans dans les glaces du volcan Ampato, a été sacrifiée par les Incas afin d’apaiser la colère des Dieux. Il aura fallu l’éruption d’un volcan voisin en 1995 pour faire fondre la glace et libérer Juanita de son tombeau. Nous sommes surpris par le très bon état de conservation de cette jeune fille : cheveux, dents, étoffe, peau sont encore présents.
Le soir même nous quittons Arequipa et malgré notre échec nocturne, nous gardons un très bon souvenir de cette ville.

Puno, première étape péruvienne

Après 21 jours en Bolivie, nous traversons la frontière péruvienne et ajoutons un nouveau tampon à notre passeport. Nous arrivons à Puno, ville de 200 000 habitants au bord du lac Titicaca. Cette ville est avant tout pour nous un point de départ pour explorer les îles Uros et Taquile.
Les îles flottantes d’Uros, construites artificiellement en roseau (« totora »), ressemblent plus à un décor de cinéma qu’à un véritable mode de vie développé par les populations. Cependant, la visite en vaut vraiment la peine. Uros regroupe une quarantaine d’îles qui abritent des communautés de plusieurs familles. Accueillis par le chef en tenue traditionnelle et les 6 familles d’une de ces îles, nous avons le droit à une démonstration des techniques de chasse ainsi qu’à une explication détaillée de leur mode de vie. Nous nous glissons véritablement dans la peau de ces habitants en enfilant chapeau, veste, et pantalon traditionnels.
Nous reprenons le bateau en direction de la prochaine île, Taquile, à 2h30 de navigation. Installés sur le pont supérieur, nous profitons du soleil et des paysages magnifiques que nous offre le lac Titicaca.
Les habitants de l’île de Taquile sont des aymaras et ne parlent que très peu l’espagnol. Ils sont réputés pour leur art textile, et, fait étonnant, seuls les hommes peuvent coudre, les plus jeunes commençant à l’âge de 7-8 ans. Les vêtements jouent d’ailleurs un rôle important pour cette communauté puisqu’ils ont souvent une signification. Bonnet rouge pour les hommes : pas touche, ils sont mariés ; bonnet rouge et blanc : les femmes du villages peuvent passer à l’attaque.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC