Une semaine à Hong Kong en compagnie d’Alexis

Nous sommes accueillis par Alexis, un de nos amis d’école, qui vient de s’installer à Hong Kong en CDI. Mais quand on dit CDI à Hong Kong, il faut entendre : 6 jours de travail par semaine et 7 jours de congés dans l’année. Heureusement, il peut gagner 1 jour par année d’ancienneté, soit 10 jours de congés en 2014 🙂 Par chance, nous tombons un weekend où le lundi est férié, ce qui permet à Alexis d’avoir deux jours pleins pour profiter d’Hong Kong avec nous. Le samedi soir, nous partons sur le sud de l’île d’Hong Kong pour une soirée sur la plage. Nous y retrouvons que des Français aux profils très différents : VIE à la Société Générale, VIE à la BNP… Il y en avait même en VIE chez HSBC ! Cela ne nous empêche pas de passer une bonne soirée au bord de l’eau, mais qui s’arrête brutalement à minuit, heure où les policiers ont décidé de couper la musique. Nous partons donc vers Lan Kwai Fong en compagnie d’Alexis, son colocataire Simon et Clara, en weekend à Hong Kong et qui nous avait rejoint entre temps sur la plage. Après quelques bières et pas de danse endiablés, nous rentrons chez Alexis, épuisés par nos deux jours de voyage. On ne vous cache donc pas que le réveil le lendemain se fera en fin de matinée, voire début d’après-midi ! Nous partons ensuite nous balader dans le quartier de Causeway Bay, pour prendre la température de la ville. Le soir, nous rejoignons Clara et Morgane, nos amies de Singapour, pour déguster une spécialité locale : les crêpes au canard laqué. C’est un délice ! Il nous faudra ensuite 4 tentatives pour trouver un bar ouvert un dimanche soir et boire un dernier verre. Le lundi, nous partons faire une marche sur les hauteurs d’Hong Kong pour y admirer une vue plongeant sur la baie. Pour atteindre le sommet, nous empruntons l’escalator « le plus long du monde » dixit Alexis. Notre arrivée en haut du Peak est cependant un peu gâchée par la présence de nuages.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

 

Mercredi soir oblige, nous nous rendons à Happy Valley, l’hippodrome d’Hong Kong, pour assister aux courses hippiques. C’est une première pour Alexis ! Tous les mercredis, c’est dans une ambiance joviale que des milliers de Hong Kongais se rejoignent aux courses pour parier sur les chevaux et boire quelques bières. En bons joueurs, nous parions sur le cheval gagnant et gagnons de quoi rembourser les bières de la soirée.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Le vendredi, Camille, fatigués par les garçons :), décide de partir seule sur l’île de Lantau pour visiter une statue géante du Bouddha assis. L’après-midi, elle se balade dans le village de pêcheurs de Tai O et déguste quelques coquilles Saint-Jacques toutes fraîches. Une journée au vert après l’agitation d’Hong Kong.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Merci encore Alexis de nous avoir accueillis pendant une semaine. Nous avons été très contents de passer ces moments avec toi.

Advertisements

Hanoi – Hong Kong en 35 heures : oui c’est possible !

Nous devons nous rendre à Hong Kong, étape importante de notre projet. Pour y arriver depuis Hanoi, le moyen le plus simple est l’avion. Malheureusement, pas un billet à moins de 200 euros, soit 250 Mc Double. Le choix devient alors simple : nous rejoindrons Hong Kong par la terre. Ça commence tranquillement avec un bus qui quitte Hanoi vers 6h du matin et atteint la frontière chinoise 5 heures après. Deuxième bus qui nous emmène cette fois-ci à Nanning. En arrivant dans cette ville chinoise, nous sommes frappés par le nombre de grues et de barres d’immeubles en construction. Deuxième chose qui nous frappe : les panneaux. Tout est en chinois, on n’y comprend rien. Après un repas où il aura fallu imiter le poulet pour passer commande, nous trouvons tant bien que mal une Chinoise balbutiant l’anglais qui nous aide à acheter notre prochain transport. Nous prenons donc un train de nuit pour Canton. Ce qu’elle n’a pas réussi à nous expliquer, c’est que nos tickets n’ont pas de numéro de siège. Pour faire simple, 100 chinois dans un wagon avec 50 sièges, ça fait 50 chinois debout… plus nous ! Il nous faudra attendre 1h du matin et déjà 5 heures de trajet pour enfin avoir une place assise. Nous arrivons le matin, épuisés et partons au McDonald’s reprendre des forces. Le menu Big mac est à 1,7 euros, un record dans ce tour du monde ! La Chine risque de nous plaire ! Après cette pause bien méritée, nous entamons la dernière étape de notre périple. Nous prenons un dernier train depuis Canton pour Hong Kong. Celui-ci ne mettra que deux heures. Après avoir quitté Hanoi le vendredi matin à 6h nous arrivons à Hong Kong le samedi soir à 17h, pas mécontents d’y être enfin !

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Hanoi, le projet encore et toujours

De retour de la baie, nous retrouvons notre famille et partons au cinéma regarder un documentaire sur la condition des ouvrières au Vietnam. Un repas avec nems fait maison et poisson frais finit notre journée. Nous consacrons la journée suivante au projet. Nous nous rendons d’ailleurs au campus France d’Hanoi pour y promouvoir l’EDHEC. A défaut d’étudiants, nous présentons notre projet à la responsable du campus. Cela nous permet malgré tout de prendre conscience que les écoles de commerce ne sont pas une cible des étudiants vietnamiens. Le soir, nous dînons une dernière fois avec les enfants avant de quitter le pays. Nous serions bien restés plus longtemps au Vietnam, mais notre projet nous appelle à Hong Kong. C’est un pays dans lequel nous reviendrons avec plaisir. Merci à toute la famille pour nous avoir accueillis cette semaine. Grâce à vous, nous repartons regonflés à bloc pour ces deux derniers mois de voyage.

La Baie d’Halong, merveille naturelle du monde

Sur les recommandations d’Isabelle et Christophe, nous prenons trois jours pour visiter la Baie d’Halong fluviale. Celle-ci est mondialement connue pour ses milliers de Pain de Sucre qui se jettent dans la mer.
Nous embarquons sur une jonque 5 étoiles avec une vingtaine de personnes dont une équipe de jeunes diplomates anglais et naviguons vers la « surprising cave ».  Après cette visite, nous enchainons sur du sport : exploration de la baie en canoë et plongeon dans la mer depuis le pont de la jonque. La baie est magnifique mais envahie de bateaux, nous ne sommes pas les seuls touristes. Tradition oblige, après le dîner, Karaoké pour tout le groupe. Comme d’habitude, la première heure, personne ne veut prendre le micro. Ensuite, les chansons défilent, les bières s’enchaînent et chacun essaie de chanter plus fort que son voisin. Mention spéciale à Dom et sa version « russe » de Raspoutine qui restera dans les annales de la Baie d’Halong.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

231180_978683974308_199702062_50509952_6260560_n

SONY DSC

226752_978683679898_199702062_50509932_4275324_n1

227070_978683759738_199702062_50509936_5740042_n1

Le lendemain, nous nous séparons d’une partie du groupe mais restons avec nos amis britishs et mettons le cap sur l’île de Cat Ba. Les recommandations de nos amis d’Hanoi étaient judicieuses : cette partie de la Baie d’Halong beaucoup plus éloignée et moins touristique est encore plus belle. Nous débarquons sur une plage de sable de fin peuplée de singes et admirons le point de vue depuis le haut de ses rochers. A la suite du programme, balade en bicyclette au milieu des rizières et visite d’une « hospital cave », grotte qui abritait les blessés pendant les bombardements américains. Nous passons une superbe journée et nous lions d’amitié avec ces sympathiques rosbifs. Après une nuit sur l’île, nous retrouvons notre jonque et faisons chemin retour vers Hanoi.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Hanoi, la ville du klaxon

Il ne nous faut pas moins de 26 heures pour rejoindre la capitale vietnamienne depuis le Laos. Heureusement, à notre arrivée, nous sommes accueillis chez des amis des parents de Camille, Isabelle et Christophe, leurs deux enfants Aurélien et Tiphaine et Pharaon, leur magnifique golden. Après un régime de chips de 24 heures nous attend un succulent steak sauce roquefort et une tarte meringuée aux fruits de la passion. Nous retrouvons une atmosphère familiale, ce qui nous fait beaucoup de bien après 7 mois de voyage. Le lendemain, rebelote, des croissants, des pains au chocolat et des vrais espressos nous attendent sur la table du petit déjeuner.

Nous partons ensuite arpenter les rues d’Hanoi et découvrons la richesse de l’artisanat local. Nous en profitons pour faire nos petites emplettes (surprise à notre retour). Après la ville morte de Ventiane, nous apprécions l’agitation de la ville. Traverser une rue est d’ailleurs un sport national : le jeu est de rejoindre l’autre côté en évitant scooter, tuk-tuk, vélo et voiture. On sait quand on s’engage mais on ne sait pas quand on arrive. Le soir, nous buvons quelques bières et rentrons chez nos amis, fatigués par le bruit des klaxons. Dimanche c’est journée culturelle. Visite du musée d’Histoire et du musée d’Ethnographie du Vietnam. Trop de culture tue la culture. Nous partons donc boire un verre au bar du lac Hoan Kiem (qui veut dire « épée restituée ») en compagnie de Tiphaine et Isabelle depuis une terrasse avec une vue plongeante sur le centre.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Luang Prabang, dernière chance pour le Laos

Après les garçons, c’est au tour de Camille de tomber malade (en « pire » dixit la souffrante). D’ailleurs, ne lui demandez pas de vous décrire la ville, elle a passé 48 heures à l’auberge au fond du lit. Les garçons, débarrassés du « fardeau » en profitent pour découvrir le centre ville, classé au patrimoine mondial (décidemment trop fort cette « UNESCO »). Nous tentons une partie de pétanque avec les locaux mais ces derniers refusent de jouer avec nous (le pointé de Paul leur a sûrement fait peur). Nous nous rabattons sur l’ascension d’une colline pour y admirer une vue panoramique de la ville. Le soir, Camille prend son 5ème cachet d’aspirine et s’endort pendant que les garçons partent en ville dîner. Nous rejoignons un couple de Français sympathique rencontré dans le bus et faisons la connaissance d’un avocat londonien aux airs d’Hugh Grant qui nous offre gentiment quelques bières. Le lendemain, nous partons à la découverte des grottes de Pak Ou. Deux heures de bateau sont nécessaires pour rejoindre ce trou mal éclairé où s’entreposent quelques bouddhas!

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Le soir, nous récupérons Camille à l’auberge et partons « ravis » du Laos. Vous l’aurez compris, nous n’avons pas réellement apprécié ce pays, ce qui est une première depuis notre départ en tour du monde. La lenteur et le manque d’hospitalité des Laotiens mais également la pauvreté des sites nous ont laissé un goût amer.

Vientiane, la ville qui dort jamais

Pour la première fois du voyage, nous avons le luxe de prendre un bus de nuit avec couchette. Arrivés à Ventiane, nous sentons tout de suite l’héritage colonial français : nom des bâtiments écrits dans la langue de Molière, personnes âgées francophones et surtout, pour notre plus grand plaisir une gastronomie de chez nous bien présente. Premier réflexe, direction le supermarché pour se concocter un bon sandwich baguette, fromage jambon de pays. Mais malheureusement, à part la nourriture, nous faisons vite le tour de la ville : une pagode qui ressemble plus à une petite annexe de pagode birmane qu’à un lieu de culte, un Mekong à sec, un marché qui ne donne vraiment pas envie d’acheter et des Laotiens au ralenti. Nous souhaitons donc quitter cette ville le plus rapidement possible. Malheureusement, nous sommes bloqués 24 heures de plus par notre demande de visa chinois, difficile à obtenir pour les Français depuis les récents événements politiques sino-français (merci à Nicolas Sarkozy et David Douillet). Pour consoler notre chagrin, nous décidons de « faire péter le budget » dans le restaurant « 3 étoiles » de la ville. Pour dix euros chacun, nous nous délectons de steak sauce poivre, bavette à l’échalote et ratatouille fait maison. Nous quittons la ville sans regret le lendemain et rejoignons Luang Prabang, au nord du pays.

SONY DSC

SONY DSC