Queenstown, la ville de l’extrême

Nous passons deux jours à Queenstown, adorable station située au bord d’un lac et réputée pour ses sports extrêmes : saut l’élastique, jet boat, chute libre et parapente..Notre budget choisira pour nous : nous partons faire de la randonnée dans les collines avoisinantes. Nous garderons de cette ville aux 8500 habitants mais au 1 million de touristes par an, une petite station chaleureuse, conviviale et qui surtout nous réconcilie avec la vie nocturne de Nouvelle-Zélande.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Randonnées dans le Mont Cook

Pour atteindre la région du Mont Cook, nous passons par les lacs Tekapo et Pukaki. Nous admirons alors des montagnes plongeant dans des lacs aux eaux laiteuses : nous trouvons enfin les paysages néozélandais que nous nous imaginions avant notre arrivée. Rien ne semble pouvoir perturber ce calme irréel.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Le lendemain, nous partons en randonnée dans la Tasman Valley et la Hooker Valley. Les paysages nous rappellent étrangement ceux de Patagonie : glaciers, icebergs et couleurs incroyables. Et cette fois, nous avons de la chance, le Mont Cook n’est pas dans les nuages. Pour notre dernier repas en van, nous troquons Noodles et épis de maïs pour salade de concombre et saumon fumé, acheté quelques heures plutôt dans une ferme d’élevage en bord de route.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Pancakes et Blow Holes à Punakaiki ; Passage du col Arthur’s Pass

Ce village de la côte ouest de l’île du Sud est connu (et c’est bien là la seule raison) pour ses Pancakes, roches calcaires, qui usées par le temps, le vent et les marées, ont prit la forme de galettes superposées. Et c’est parmi ces rochers que souffle le Blow Hole, un trou d’où l’eau de mer jaillit comme un geyser sous la pression des vagues et du courant.

SONY DSC

SONY DSC

Nous souhaitons passer la nuit à Christchurch, située de l’autre côté de l’île. Nous passons donc l’après-midi à conduire à travers les Alpes néozélandaises et admirons les magnifiques paysages de cette route.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Arrivés en ville pour la soirée, nous retentons une aventure nocturne. C’est un nouvel échec : on ne vient décidemment pas en Nouvelle-Zélande pour faire la fête !
La journée suivante, des trombes d’eau rendent la visite de la ville pénible, nous décidons donc de reprendre la route.

SONY DSC

L’île du Sud et l’Abel Tasman Coast

Nous quittons l’île Fumante (île du Nord) et rejoignons par ferry l’île de Jade (île du Sud). Après 200km de route, nous atteignons Nelson Bay, située sur l’Abel Tasman Coast. Au programme de la journée, footing sur la plage, baignade dans les vagues et repas végétariens : salade composée le midi et notre cher maïs bouilli le soir. Nous remontons ensuite la côte de la péninsule où nous espérons trouver criques aux eaux couleurs émeraudes et plages dorées. Arrivés le soir au village de Kaiteriteri, nous trouvons un endroit paisible en bordure de route pour y passer la nuit. Le calme ne durera que quelques heures. Nous sommes réveillés par des jets de pierre sur notre cher van, de la musique metal et des crissements de pneus. Apparemment le camping sauvage n’est pas du goût des locaux. Il nous faudra plusieurs tentatives pour retrouver un endroit où dormir. Le lendemain, un peu sous le choc de la nuit passée, nous embarquons pour une petite croisière sur un bateau à moteur, à la découverte de la baie. L’endroit est effectivement magnifique et nous partageons notre après-midi entre pique-nique sur la plage, randonnée dans la forêt et baignade dans les eaux turquoises.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Titahi Bay et Wellington

Nos aventures nous conduisent chez Jorge, un ami espagnol de Matilda. Il nous héberge chez lui pour la nuit à Titahi Bay, village situé à 30 km au nord de Wellington. Ici, c’est un peu comme à la ferme : Thomas et Paul s’occupent de couper du bois pendant que Camille va chercher des œufs dans le poulailler. Jorge nous concocte d’ailleurs une très bonne tortilla pour le dîner.

SONY DSC

Nous arrivons à Wellington le matin pour un interview avec une diplômé EDHEC 89, en poste au Ministère de la Justice néo-zélandais. On consacre le reste de la journée au projet. Le lendemain, balade le long des quais, visite du musée national du Te Papa, promenade dans le jardin botanique dans les hauteurs de la ville et vue panoramique depuis le Mont Victoria. Le soir, nous tentons une excursion dans les rues mais à notre grande surprise seuls quelques bars sont ouverts et peu remplis. On comprend mieux la statistique suivante : il y a en Nouvelle-Zélande 8 moutons pour 1 habitant. Malheureusement, les moutons ne sortent pas le jeudi soir !

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Tongariro Alpine Crossing et ses paysages lunaires

Changement total de décor : nous voici au pied d’un volcan en activité dans le centre de l’île. Nous entamons une randonnée de 7h au milieu des coulées de lave, cratères et lagons turquoises. C’est une balade magnifique qui nous rappelle nos bons souvenirs de treks en Amérique Latine.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Le soir, nous avons une conference call de prévue avec l’EDHEC. Nous nous rendons donc dans la ville de Wanganui pour trouver une connexion internet. Malheureusement, à 18h la ville est déjà déserte et les magasins fermés ; Nous interpellons le premier couple de passants que nous croisons pour demander leur aide. Bien nous en a pris : en plus d’internet, nous obtenons une chambre pour le soir, une première douche depuis une semaine, un endroit pour garer le van et les clés de la maison pour le lendemain matin. Amanda et Nick nous accueillent généreusement chez eux. On savait que les néo-zélandais étaient réputés pour leur hospitalité, mais à ce point là on n’y aurait jamais cru. Un grand merci à tous les deux, on vous accueille quand vous voulez en France.

img_1146

Weekend dans l’East cape avec Matilda

Nous retrouvons Matilda, une amie d’enfance de Camille, à Gisborne et partons fêter les 30 ans d’une de ses amies dans la maison familiale. Enfin, nous nous sentons plongés dans l’ambiance locale. Le père, pêcheur de métier, nous offre un magnifique festin de langoustes (crayfish) et nous permet l’espace d’une soirée d’oublier nos Noodles. Le lendemain, nous continuons notre visite locale : Matilda nous emmène camper chez une famille Maori. Nouveau festin : découverte des épis de maïs bouillis au beurre, des patates douces sautées et de la viande d’agneau cuite façon Maori. Après un weekend très dépaysant et de très belle balades le long de la côte, nous quittons Matilda et l’océan pour rejoindre le centre volcanique de l’île.

img_1142

img_1136

img_1124

img_1116

img_1110

img_1143

 

 

Premiers jours avec le van …

Après avoir pourtant vérifié deux fois ses mails, Camille nous dirige sereinement dans la banlieue industrielle de la ville pour récupérer notre petit van. Après une heure de bus, 30 minutes de marche pour trouver internet et un concurrent dans l’incapacité de retrouver notre dossier, nous comprenons que nous ne sommes pas au bon endroit. Nous retournons donc en ville récupérer définitivement notre van, qui s’avère en fait se trouver à 5 minutes à pied de l’auberge. Partis à 11h de l’auberge, nous quittons finalement la ville d’Auckland en van vers 17h ! Direction la péninsule Coromandel. Après plusieurs heures de route, nous trouvons un camping dans le nord de la péninsule et nous testons le salon – salle à manger – lit king size – de notre van. Le lendemain, nous partons nous balader sur les falaises de Cathedral Cove.

SONY DSC

SONY DSC

Le soir, nous dormons au bord de la mer. Réveil matinal et bain dans l’eau de mer nous font apprécier notre séjour en van.

SONY DSC

img_1088

img_1167

SONY DSC

Arrivés dans une petite station balnéaire à la tombée de la nuit, nous mangeons, restriction budgétaire oblige, notre quatrième bol de Noodles (le choix du goût poulet ou bœuf étant notre unique plaisir) et décidons d’aller tester la vie nocturne des locaux. Thomas se charge de nous trouver un moyen de transport pour l’aller, mais oublie de nous planifier le retour. Résultat, une jeune serveuse néo-zélandaise nous prend dans sa voiture et nous emmène au seul bar ouvert de Whakatane. Après quelques bières et chants de karaoké, nous décidons de retrouver notre van, garé en fait à 7km du village de l’autre côté de la colline! Pas de bus, pas de taxi, il ne nous reste plus que nos jambes. La marche s’avérant plus longue que prévue -en montée et sans lampadaire – nous nous essayons au stop et parvenons à monter dans une voiture … à seulement 300m de notre van !

Arrivée à Auckland

12H de décalage et 19 000 kilomètres avec la France : nous sommes bien à l’autre bout du monde. Nous posons les pieds à Auckland et retrouvons le plaisir d’avoir un lit disponible en auberge de jeunesse. Après une petite balade sur le port de la ville (centre d’entraînement pour le voilier Team NewZealand), nous rentrons à l’auberge pour une nuit de sommeil bien méritée. Le lendemain, nous entamons la journée par un Irish brunch et consacrons une grande partie de l’après-midi à travailler sur notre projet afin de dresser un bilan de l’Amérique Latine.

img_1061