Sao Paulo, 5ème mégalopole mondiale

Nous consacrons une grande partie de notre temps pour notre projet au Brésil. Nous nous rendons donc le jour suivant à Sao Paulo, mégalopole économique du pays avec ses 18 millions d’habitants, ses 3000 gratte-ciels, ses centaines de kilomètres de bouchons et ses hélicoptères dans le ciel. A notre arrivée dans la ville, pas le temps de passer à l’auberge nous changer, nous enfilons une tenue correcte au terminal de bus et partons avec nos 25 kilos chacun de bagages à la rencontre d’Olivier Joannès. Diplômé en 1980, ayant lui-même effectué un tour du monde 30 ans plus tôt, Olivier est désormais installé au Brésil où il est associé chez RH Partners, cabinet de conseil en Ressources Humaines. Ses connaissances en psychologie ainsi que ses expériences professionnelle et personnelle nous permettent de réfléchir à notre avenir et à notre vie à mener.

Nous profitons de la journée suivante pour visiter la ville : quartier d’affaires, centre historique et vue panoramique sur la plus haute tour de Sao Paulo. On nous avait décrit une ville oppressante et vivant au rythme des centres financiers. Nous trouvons une ville agréable à découvrir, dynamique et cosmopolite, ses nombreux restaurants italiens, portugais, japonais,…, témoignent des différentes vagues d’immigration qui ont fait la richesse de cette ville.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Le soir, nous avons rendez-vous au lycée français de la ville. Devant parents et élèves de Terminale, nous présentons notre projet et le système des Grandes Ecoles en France. L’audience est très réceptive et les questions affluent. Nous commençons à être bien rodés sur notre présentation et les parents nous félicitent pour notre professionnalisme.

Advertisements

Rio de Janeiro en coup de vent

Après 20 heures de bus, nous arrivons enfin dans la ville mythique de Rio de Janeiro. Nous prenons nos quartiers dans une auberge sur Copacabana et retrouvons, pour la quatrième fois, notre fidèle irlandais, Adrian. Nous nous rendons sur la légendaire plage brésilienne de Copacabana pour un premier bain dans l’océan. Le soir, nous découvrons le concept de la « boat party » : après quelques verres et encas sur un bateau dans le port de Rio, nous mettons les gaz à minuit pour parcourir la baie. Le ponton se transforme alors en piste de danse et la cabine du capitaine en bar. Le difficile retour à la réalité quelques heures plus tard nous témoigne de la magie du moment vécu.

163118_192857427406724_100000474055582_734032_4211863_n 164704_192857617406705_100000474055582_734037_4090306_n 167633_192857400740060_100000474055582_734031_970034_n 180483_192857554073378_100000474055582_734035_7274591_n

Le lendemain, nous reprenons rapidement nos esprits pour nous concentrer sur le projet. Le matin, nous nous rendons au lycée français de Rio. Malheureusement, les élèves sont en attente des résultats du bac, et sont donc logiquement peu présents à notre intervention. Nous discutons une heure avec le proviseur et vivons d’ailleurs en direct la publication des résultats des Terminales ES. Les scènes de joie et les quelques larmes nous rappellent de bons souvenirs.

SONY DSC

En début de soirée, nous rencontrons dans un bar de Leblon, quartier huppé de la ville, Alexis Peyroles, diplômé EDHEC 1996 et directeur général d’une filiale d’un groupe pharmaceutique à Rio. Accompagnés de quelques bières et calamars fris, nous passons avec lui plusieurs heures très enrichissantes, son expérience permet en effet de nous faire réfléchir sur notre avenir. Pure coïncidence, nous croisons dans ce même bar trois australiens rencontrés la veille sur le bateau et finissons la soirée avec eux.

Les chutes d’Iguazu : Merveille naturelle

Nous arrivons dans une auberge aux allures de Club Med : piscine, bar en plein air, palmiers et bungalows. Des trombes d’eau nous accueillent : bienvenue dans la forêt tropicale !

SONY DSC

Nous y faisons la rencontre d’un australien, Nik, bûcheron canadien 6 mois par an et backpacker le reste de l’année.

Les chutes d’Iguazu sont a la frontière entre le Brésil, l’Argentine et dans une moindre mesure le Paraguay. Nous suivons les recommandations des voyageurs et commençons par la partie brésilienne, censée être moins impressionnante.
Nous arrivons sur le site sous le soleil matinal et Camille décide de faire les choses en grand : nous découvrons à ses frais les chutes vues du ciel. Encore merci à toi pour ces 10 minutes exceptionnelles.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC SONY DSC

Revenus sur terre, nous débutons une balade plus classique du site où nous nous baladons sur les différents sentiers tracés à travers la forêt amazonienne. Nous arrivons au pied des chutes et nous faisons littéralement arrosés par la puissance de l’eau. Les changements de luminosité transforment le site. En quelques heures nous passons d’une ambiance tropicale sombre et humide à un paradis ensoleillé.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Nous finissons cette journée par la visite d’une réserve naturelle d’oiseaux : perroquets, vautours, flamants roses, toucans, papillons. Ce parc dans lequel se sont perdus quelques crocodiles et reptiles nous donnent un aperçu de la richesse de la faune locale.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Comme la veille, un bain de piscine et quelques bières terminent notre journée.

Le lendemain matin, notre excitation à l’idée de découvrir la partie argentine est douchée par des trombes d’eau. Nous parions sur une amélioration du temps pour la journée suivante et mettons à profit ce break pour avancer sur le projet. Re-belote le lendemain où des pluies torrentielles nous accueillent au réveil. Cette fois, plus le choix, il faut y aller. Mouillés pour mouillés, nous sortons la tenue de circonstance : tongues, maillot de bain et T-shirt.
Malgré tout, une fois sur les lieux, l’achat d’un magnifique imperméable « Touriste d’Iguazu » s’impose pour démarrer la visite.
Un petit train version « Disneyland » et quelques passerelles nous amènent en haut de la gorge du diable : gouffre vivant où se jettent des milliers de m3 d’eau. On n’en voit même pas le fond. La puissance, le bruit et les projections d’eau en font un spectacle surnaturel. Sûrement l’un des plus impressionnants de notre périple.
Nous continuons notre visite sur les passerelles inférieures. Le temps s’améliore et nous passons l’après-midi à apprécier la magie des chutes.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Paul et Thomas peu motivés par la soirée décident d’aller se coucher. C’est peut-être une erreur. Camille, plus vaillante finira la soirée derrière le bar à préparer ses propres cocktails.

Camille barmaid

Au réveil, nous vivons l’un des plus grands drames de l’Histoire : Camille s’est fait volé son Iphone avec tous ses contacts, tous ses textos, toutes ses photos et toutes ses applications. Le cœur lourd mais le sac un peu plus léger, nous décidons cependant de prendre le bus pour Rio de Janeiro.

Buenos Aires : Une capitale aux accents européens, vivante et nocturne

C’est bientôt la haute saison en Amérique du Sud et on le comprend très rapidement à notre arrivée. Toutes les auberges sont pleines, seul un établissement avec 300 lits nous permet de ne pas dormir dehors. Affamés après 20 heures de bus, nous goûtons aux spécialités locales : Tripple Whopper au Burger King.
Nous retrouvons des amies de l’Edhec et partons apprécier la vie nocturne de Buenos Aires dans un bar. Le lendemain, nous visitons le paisible et conviviale quartier de La Boca, célèbre pour son équipe de foot et ses spectacles de tango. Le soir, nous continuons sur notre lancée et suivons Marine, Noémie et Pauline pour faire la fête jusqu’au petit matin. Le jour suivant sera beaucoup plus calme : visite du marché de San Telmo, balade dans les rues de la ville et café panoramique sur le toit d’un hôtel.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Nous consacrons le lundi au projet : rencontre et interview de trois diplômés Edhec. Merci à Sophie, Magali et Florian pour nous avoir fait partager leur expérience.
Nous rentrons le soir dans notre auberge qui s’est transformée en discothèque et sommes malheureusement forcés de participer une nouvelle fois à la vie nocturne de la ville. On y retrouve d’ailleurs notre irlandais préféré (pour la 3ème fois du voyage) et les deux jolies suédoises de l’Inca Trail.
Dernier jour à Buenos Aires et dernier café sur la terrasse des filles où Paul et moi prenons le temps de la réflexion. Une lourde décision s’impose, nous devons nous rendre chez le coiffeur. Malgré certaines craintes, le résultat n’est pas si terrible. Nous avons par la suite juste le temps de rentrer à l’auberge pour prendre nos affaires et partons pour Puerto Iguazu.

Puerto Madryn : « la nature à portée de main »

Nous retrouvons la chaleur en arrivant à Puerto Madryn : notre été commence et il va durer 9 mois! Nous profitons de l’après midi pour mettre en place notre expédition des deux prochains jours : il nous faut trouver une voiture et deux passagers pour réduire les coûts. Nous rencontrons deux allemandes prêtes à nous suivre.
Première excursion : rencontre  avec les pingouins de Punta Tumbo.
Après deux tentatives ratées à Punta de Choros et Punta Arenas, les pingouins sont finalement à nos pieds. Et par centaines de milliers. Réfugiés dans des terriers pour pondre et couver leurs œufs, ils sont aujourd’hui habitués à la présence humaine et sont même prioritaires sur le chemin balisé des touristes. Leur nombre et leur proximité rendent cette expérience inoubliable.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Le soir, bien installés dans notre petite auberge, nous profitons du barbecue pour savourer un délicieux steak argentin.

SONY DSC

Deuxième excursion : rencontre avec les baleines franches de la Péninsule Valdès
Depuis le temps que nos amis backpackers et Camille nous en parlent, il nous est enfin possible d’approcher ces monstres marins . Nous embarquons sur un bateau et partons à leur découverte dans la baie. A l’instar des pingouins, elles arrivent ici en juillet pour donner naissance aux baleineaux (de beaux bébés tout de même de 6 mètres et 3 tonnes) après 12 mois de gestation. Les mâles repartent très rapidement vers l’Antarctique alors que les femelles restent 6 mois supplémentaires pour protéger leur petit.  Nous ne sommes pas déçus par le spectacle. Les baleines, mesurant près de 17 mètres et pesant plus de 30 tonnes, sont au bord de notre embarcation, qui nous semble tout d’un coup bien fragile. La Péninsule Valdès est le seul endroit au monde où le touriste est assuré d’apercevoir des baleines.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

De retour à Puerto Madryn, nous prenons un bus de nuit direction Buenos Aires.

El Calafate le froid, le vent, … encore et toujours !

Nous arrivons dans l’après-midi et prenons nos quartiers dans le camping de la ville : en bon français, nous privilégions la solution tente pour économiser 12 pesos, soit 2,4€ (par tête évidemment !). Après 2 mois d’attente et des échos unanimes de la part des backpackers rencontrés, nous nous ruons vers le premier restaurant de la ville et commandons un Bife de Lomo de 500g. Je crois que nous pouvons enfin le dire « Nous atteignons le nirvana gustatif » : pas besoin de la mâcher, la viande fond dans la bouche. De toute façon, il faut la goûter pour le croire ! Sûrs de notre bonne étoile, nous prenons la confiance et partons miser gros au Casino : avec 1€ par personne, la fortune ne peut pas être loin !
Le lendemain, nous partons visiter l’un des glaciers les plus impressionnants de Patagonie : le Perito Moreno. Fait rare : il est l’un des seuls glaciers au monde à avancer (3 mètres par an). Le spectacle est impressionnant : le glacier de 60m de haut est vivant, il gronde, craque, s’effondre et donne naissance à des petits icebergs. Après 3h de visite, retour à la maison.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Nous partons le jour suivant pour un trek de 2 jour au pied du mont Fitz Roy. Thomas souhaite ici remercier Camille qui a gentiment laver la tomate de leurs sandwichs dans le ruisseau du camping (eau trouble, non-potable et stagnante). Paul a eu raison de se méfier : les crampes d’estomac et les vomissements arrivent très vite pour Thomas et Camille. Il aura fallu à Camille toute sa volonté (et à Thomas et Paul toute leur patience) pour arriver au pied du Fitz Roy.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Affaiblis par la maladie, une bonne nuit de sommeil est nécessaire : nous plantons donc la tente à 720m d’altitude, avec des vents soufflant à plus de 70km/h, des températures proches de 0 et de la neige sur le toit de notre abri ! Nous recevons pour le dîner Manu, sapeur-pompier rencontré lors de l’ascension. Nous mettons les petits plats dans les grands : matelas gonflables en guise de tables et chaises, conserves de thon en entrée et pâté de jambon en dessert. Au réveil, c’est la tempête : nous changeons notre programme et redescendons plus rapidement sur El Chalten – petit village au pied du parc national des glaciers

Parc Torres del Paine : retour à l’âge de pierre

Préparation rigoureuse pour 5 jours de camping dans ce parc national chilien : 4 jours de vivres (2kg de riz, 2kg de pâtes et des soupes), vêtements chauds, tente, sac de couchage, gourdes, matelas auto-gonflants … tout y est …. ou presque. En effet, nous arrivons au premier camp après 4h de marche enthousiastes à l’idée de déguster notre riz à la sauce tomate et réalisons qu’il nous manque l’élément clé du campeur : le réchaud ! Nous survivons grâce à la solidarité des autres campeurs qui nous offrent généreusement la fin de leurs bouteilles de gaz, quand ce n’est pas la fin de leurs assiettes ! Finalement après 10 h de marche quotidienne, 5 jours de trek et 100 km parcourus, nous terminons le circuit W du parc. Nous sommes émerveillés par la diversité et la beauté des paysages traversés : glaciers, icebergs bleutés, lacs aux eaux turquoises, une flore très colorée, des sommets enneigés, … Ce parc Torres des Paine restera sûrement pour nous l’un des plus beau décor d’Amérique Latine.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Nous rentrons à Puerto Natales épuisés par ce trek qui restera l’un des plus durs de ce tour du monde, et avec sûrement 1 ou 2 kg en moins sur la balance (ndlr : Paul a fait un nouveau trou à sa ceinture).
Sauvetage des lunettes réussi : les gentils colombiens les ont ramenées à l’auberge. Depuis ce jour, notre bonne étoile nous suit : oubli de l’appareil photo dans une cuisine bondée de camping, abandon de chaussures dans un bus et perte de la caméra dans un dépôt de bagages ont connu la même fin que les lunettes de Thomas : retour au propriétaire (ndlr : récit de l’appareil photo – Tranquillement installés à notre table de camping pour notre petit-déjeuner, un étranger vient nous importuner : « vous n’auriez pas perdu votre appareil photo ? » nous : « Ah non sûrement pas » lui : « Vous êtes surs ? il y a des photos de vous sur l’appareil … nous un peu plus attentifs : « De quelle couleur est-il ? » lui : « Rouge » nous : « Ah effectivement c’est le nôtre » …)
Nous faisons définitivement nos adieux au Chili et prenons un bus dès le lendemain : direction l’Argentine ….